Découvrez le parcours des alumni

Product Manager : rôle, salaire, outils et formation | Noé

Découvrez tout sur le poste de product manager : missions, salaire, questions en entretien, outils, meilleure formation, évolutions possibles…
Author

Introduction 

Le rôle de Product Manager est encore récent en France : beaucoup d’entreprises ou de candidats se posent des questions sur sa définition exacte. 

Alors, dans ce méga-article, on récapitule tout ce qu’il y a à savoir sur le/la Product Manager. Que fait-il/elle ? Quel est son salaire, et ses évolutions de carrière ? Qui peut devenir PM, et comment ? 

Définition : c'est quoi un Product Manager ?

Pour bien comprendre l’utilité du Product Manager, revenons à son origine.

Pour le développement d’un produit tech, on utilisait auparavant une méthodologie “en cascade” : chaque projet d’évolution du produit passait à travers plusieurs phases (design, développement, implémentation…). Chaque étape ne commence qu’après la fin des précédentes, ce qui crée beaucoup de dépendances et peut ralentir le processus considérablement. Cette méthodologie ne favorise pas la communication entre les équipes et crée de la friction.

Désormais, il est remplacé par une organisation en “squads” : ces équipes, souvent composées d’un.e Product Manager, un.e Product Designer, un.e Data Analyst et des ingénieur.es, sont basées sur des méthodologies de travail plus flexibles, tirées de la philosophie “Agile”. Plus petites et autonomes, elles évitent les dépendances et permettent d’itérer plus rapidement. 

Le/la Product Manager accompagne le développement produit durant tout son cycle de vie, et travaille avec tous les métiers dans sa boîte pour l’amener en production auprès des utilisateurs.

Quel est le rôle de Product Manager, concrètement ? 

Le ou la Product Manager est responsable de la stratégie, de la “roadmap”, et de la définition des fonctionnalités d’un produit. On peut résumer ses responsabilités en 5 catégories, qu’on vous décrit ci-dessous : 

  • Vision, stratégie et roadmap 
  • Discovery 
  • Priorisation
  • Delivery
  • Lancement

1. Définir la vision produit, la stratégie produit, et la roadmap.‍

Le rôle de Product Manager comporte d’abord une dimension stratégique à travers 3 éléments intimement liés : la vision, la stratégie, et la roadmap

Dans une entreprise, l’équipe Produit va avoir pour mission de décliner la vision globale de l’entreprise en “vision produit”. On vous décrit ce que cela signifie en détail dans notre article sur la vision produit. Une fois qu’elle est définie, chaque année, les Product Managers vont mettre en place des objectifs, et identifier des metrics à faire évoluer, pour aller dans le sens de la vision produit définie : c’est ce qu’on appelle la “stratégie produit”. Enfin, chaque trimestre (quarter), les Product Managers vont définir les initiatives prioritaires pour atteindre les objectifs définis : il s’agit de l’exercice de la “roadmap”. Pour approfondir ce sujet, lisez notre article sur la roadmap.

2. La discovery :

Une fois qu’une initiative est identifiée prioritaire pour le quarter (via l’exercice de la roadmap), le/la Product Manager va entrer dans la phase de “discovery”. Le rôle d’un.e Product Manager est avant tout de comprendre des problèmes - avant même d’imaginer des solutions, fonctionnalités qui y répondent. Cette phase de recherche est indispensable. Pour cela, on s’appuie sur plusieurs outils : 

  • La recherche utilisateur, via par exemple des interviews et des user tests pour observer leur comportement.
  • La data : comment les utilisateurs interagissent avec le produit ? Par exemple, sur un parcours donné, où peut-on observer une baisse du taux de conversion ? 
  • Des discussions en interne avec des collègues quotidiennement en lien avec les utilisateurs, comme les customer success managers, l’équipe support ou l’équipe commerciale.
  • Un benchmark de la concurrence, pour comprendre les solutions déjà implémentées ailleurs pour résoudre un problème similaire.

3. La priorisation, à plusieurs échelles :

  • Entre les projets : Selon les ressources de l’équipe, il faut prioriser les initiatives : laquelle aura le meilleur ratio impact/temps de développement ?
  • Au sein d’un projet : Une fois qu’un projet est identifié comme prioritaire, quel problème utilisateur cherche-t-on à résoudre précisément? Pour cela, on met en place des méthodologies de priorisation, comme la méthode RICE (Reach, Impact, Confidence, Effort).

 4. Delivery

Suite à la phase de discovery, il s’agit ici de spécifier les solutions qui répondent aux problèmes priorisés, et suivre le développement auprès de l’équipe Tech. À travers les spécifications fonctionnelles (ou “specs” pour les intimes), on explique aux développeurs les tenants et aboutissants de la fonctionnalité à développer. Ensuite, les développeurs vont implémenter ces specs. Le ou la Product Manager suivra cette phase de delivery avec des méthodologies comme “Scrum” ou “Kanban”, tirées de la philosophie Agile. La delivery est rythmée par des “sprints”, qui durent généralement 1 ou 2 semaines. Le matin, l’équipe se réunit pendant le “stand-up” qui permet de suivre l’avancée du sprint. La philosophie Agile comprend beaucoup d’autres rituels dont le Poker Planning, les estimations, ou la rétrospective. 

5. Le lancement produit :

Une fois que la fonctionnalité est développée, on la lance auprès des utilisateurs. On mesure son succès en revenant notamment sur les objectifs définis (ex : augmenter le taux de conversion de tel parcours). Si la fonctionnalité n’atteint pas ses objectifs, le ou la Product Manager essaie de comprendre pourquoi : est elle mal comprise par les utilisateurs ? Est elle difficilement trouvable ? En fonction de ces retours, potentiellement, on itère sur la solution. 

À quoi ressemble le quotidien d’un PM ? 

Le travail de PM est rythmé par 3 grandes cadences : la roadmap, le double diamant, et les sprints. 

La Roadmap et l'organisation de l'année par Quarters.

Tous les 3 mois, les PMs identifient les sujets prioritaires pour le trimestre suivant. 

La Roadmap produit est l’occasion de prioriser les diverses problématiques recueillies auprès des utilisateurs et des parties prenantes. Avec des ressources de dev limitées et un objectif d’impact à atteindre, il faut savoir dire non et choisir ses combats. Pour tout savoir sur la roadmap, lisez notre article complet !

Le double diamant

Le framework du “double diamant” résume bien le rôle du Product Manager : à lire de gauche à droite, on traverse les 5 rôles du PM décrits ci-dessus : Problème (comprenant la définition et la discovery) et Solution (qui incluent le développement, la delivery) pour conclure sur le lancement de la feature.

 

 

Pourquoi une structure en diamant ? 

Durant ces deux phases, l’objectif est de diverger pour mieux converger. Pendant la phase Problème, on explore (divergence) via la data et la recherche utilisateurs, les problèmes de ces derniers, pour ensuite pouvoir prioriser (convergence). Pendant la phase Solution, on imagine de nombreuses solutions potentielles (divergence) que l’on filtre pour n’implémenter que celles priorisées (convergence).

Dans l’idéal, un product manager répartit son temps de travail en consacrant 60% de son temps sur la phase problème, et 40% sur la phase solutions.

Les sprints et les méthodologies Agile

Agile est une philosophie de travail très répandue en Product Management. Concrètement, il s’agit de respecter un certain nombre de principes, dont l’autonomie des squads, les itérations rapides, la collaboration entre les équipes business et les équipes tech, etc. Kanban et Scrum sont deux méthodologies utilisant la philosophie Agile. Généralement, Agile est rythmée par des rituels tout au long d’un sprint (1 semaine ou 2 semaines) : stand up, estimation, poker planning, rétrospective par exemple.

Qu'est-ce qui fait un bon PM ? Quelles sont les compétences du PM ? 

Il existe de nombreuses idées reçues sur la fonction du Product Manager. Commençons par identifier ce qu’un.e PM n’est pas : 

  • Il/Elle n’est pas seulement chef de projet : son rôle dépasse la coordination entre les parties prenantes d’un projet.
  • Il/Elle n’est pas, à l’inverse, uniquement responsable de la stratégie.
  • Il/Elle n’est pas manager : bien que responsable de l’avancement de diverses équipes, le/la PM ne manage pas les développeurs, designers, data analysts, etc. 
  • Il/Elle n’est pas uniquement concentré sur la solution et les fonctionnalités à implémenter au produit : il s’agit, en amont, d’effectuer un travail de “discovery” (notamment via la data et la recherche utilisateur) afin de bien comprendre et prioriser le problème, pour ensuite seulement réfléchir aux solutions.

Le poste de Product Manager requiert surtout des soft skills solides, plutôt qu’un lourd bagage technique. Un.e bon.ne PM doit maîtriser ces dimensions :

  • Être user-centric : de la vision produit jusqu’à la fin du processus de delivery, il faut pouvoir se mettre dans la peau de l’utilisateur, et être à l’écoute de son feedback. 
  • Avoir l’esprit analytique : en tant que Product Manager, vous recevrez des infos venant de la data, les utilisateurs, vos collègues, la vision produit, la concurrence… Ça fait beaucoup ! Il faut pouvoir comprendre, catégoriser, utiliser et prioriser ces nombreuses sources d’information pendant la phase de discovery, ce qui nécessite beaucoup de rigueur et un esprit analytique. 
  • Avoir le sens design/produit : Être capable d’apporter un regard critique sur l’UX/UI d’un produit, et comprendre ce qui marche et ne marche pas. Ce “sens design” peut s’acquérir en s’entraînant à se poser ces questions avec les apps que vous utilisez au quotidien : ce parcours est-il fluide ? Y a-t-il des bugs ? Des incohérences ? 
  • Trouver le bon équilibre entre assertivité et humilité : les Product Managers travaillent avec de nombreuses équipes, mais ne sont véritablement experts d’aucun sujet (ni tech, ni sales, ni support, ni data, etc.). Il faut donc garder une certaine humilité et un sens de l’écoute, tout en gardant une posture de leadership : équilibre parfois complexe à trouver. 
  • Un bon esprit d’équipe est indispensable, vu que le/la Product Manager collabore avec toutes les équipes. 

Au-delà des soft skills, le Product est un métier de “connaissances” :

  • Bien connaître ses utilisateurs : au fil des interviews et user tests, on développe à terme une bonne compréhension de l’utilisateur. 
  • Bien connaître le produit : cela permet d’être plus efficace sur l’évaluation de faisabilité d’une fonctionnalité donnée. Quand on arrive en tant que Product Manager dans une entreprise, il est important de se poser les questions suivantes : comment fonctionne le produit ? Comment les différents flows d’utilisation sont-ils liés entre eux ? Quelle est l’architecture technique derrière ? 
  • Bien connaître la concurrence : qui sont-ils ? Comment fonctionne leur produit ? Quelles sont leurs fonctionnalités stars, et celles qui fonctionnent moins bien ? 

Avec qui un Product Manager travaille-t-il ? 

On l’a compris, les Product Managers travaillent avec de nombreuses équipes :

  • Développeurs : ce sont les premiers interlocuteurs des PMs, notamment dans la phase de Delivery (mais pas uniquement !). Pour aller plus loin, Noé a organisé un webinar/article sur le sujet : Comment travailler efficacement avec les développeurs ? 
  • Design, pour concevoir les meilleures solutions aux problèmes priorisés.
  • Sales, pour promouvoir les nouvelles fonctionnalités, mais aussi pour comprendre les besoins des prospects dans la phase de Discovery.
  • Customer Success et Support, pour collecter le feedback des clients/utilisateurs sur le produit, et comprendre ce dont ils se plaignent.
  • Marketing, notamment pour communiquer au mieux sur les lancements (“Product Marketing”).
  • Equipe Leadership (COMEX), pour définir la vision produit et valider la roadmap.

Un Product Manager a-t-il besoin d'être technique ? 

Dans la majorité des boîtes, un.e PM n’a pas besoin d’avoir une expérience technique - mais cela reste un gros avantage. Dans les boîtes où le produit est très technique, un profil avec une bonne compréhension tech sera évidemment très recherché. Dans l’immense majorité des cas, un background d’ingénieur n’est pas nécessaire, mais il est utile d’avoir une connaissance basique des concepts de la tech : front end, back end, architecture technique, API par exemple. Ce bagage sera utile pour 6 raisons principales : 

  1. Écarter les solutions trop complexes ou non faisables techniquement. C’est plutôt le rôle des développeurs de vous aiguiller là-dessus, néanmoins, si vous avez ce bagage technique en tant que Product Manager, cette étape cruciale ira beaucoup plus vite parce que vous éliminerez d’office les solutions trop complexes. 
  2. Faire des arbitrages techniques : quelle est la solution la plus “efficace” en termes de temps de dev ? Encore une fois, ici c’est surtout le rôle des développeurs de répondre à cette question, mais c’est plus efficace quand le/la Product Manager comprend de quoi il s’agit. 
  3. Dette technique : tout comme les projets classiques, la dette technique doit être priorisée. Pour pouvoir le faire, il est important de comprendre les implications techniques et comment fonctionne le produit.
  4. Debugging : avoir une bonne connaissance du fonctionnement technique de votre produit vous permettra en tant que Product Manager d’avoir des indices sur la source potentielle d’un bug. 
  5. Data : La plupart des équipes produit n’ont pas de data analysts, et c’est pourtant un sujet complexe ! Des connaissances en analyse de données, des rudiments de SQL par exemple, sont très utiles au métier de PM. 
  6. Delivery : Pendant cette phase, l'équipe technique travaille à la mise en production des fonctionnalités. En tant que Product Manager, il sera essentiel de comprendre le principe des environnements de code : dev, preprod, staging, prod, ainsi que les concepts de branches et pull requests par exemple.  

Noé a organisé un webinar avec Lucas Cerdan, Lead PM chez Algolia, pour répondre en profondeur à ce sujet ! Retrouvez le replay et l’article ici.

Quels sont les différents types de PM ? 

Il n’existe pas de différents “types” de PM à proprement parler et les missions du Product Manager varient, mais le poste peut prendre de nombreuses facettes en fonction du besoin. Les facteurs sont multiples - en voici certains : 

  • Type de produit : un produit très technique, par exemple, mettra sûrement moins l’accent sur l’UX qu’un produit mass market B2C. 
  • Cible d’utilisateurs : B2C ou B2B ? Le quotidien d’un.e PM sera différent en B2B ou en B2C. Par exemple, un.e Product Manager en B2C dispose généralement de plus de volume d’utilisateurs, donc de plus de data, et peut davantage se reposer dessus qu’en B2B. 
  • Stade de l’entreprise : un.e Product Manager dans une start up très early stage aura probablement un scope plus large, et donc les profils les plus adaptés seront les profils complets et débrouillards. Dans une scale-up plus structurée, on va avoir tendance à davantage chercher des Product Managers spécialisés en fonction de la partie du produit sur laquelle il/elle travaillera. 
  • La culture d’entreprise : certaines entreprises, comme Alan, privilégient la communication écrite (ce qui aura un impact sur le style de profil qu’ils recruteront). 

Quels sont les outils du/de la Product Manager ? 

Voici la boîte à outils typique d’un PM : 

  • Notion et Trello pour la collaboration intra et inter-équipes,
  • Amplitude, Mixpanel, Spreadsheets, SQL pour l’analyse de données,
  • Harvestr, Lookback ou Maze pour la recherche utilisateurs,
  • RICE”, “Use Case, Cost & Impact” ou “MoSCoW” ou méthodologies équivalentes pour la priorisation,
  • Figma pour collaborer avec l’équipe design, ou pour lui-même s’il endosse ce rôle,
  • Postman, Github et Zapier pour les PMs avec une forte dimension technique

Quelle différence avec le Product Owner ? 

Malgré de nombreuses incompréhensions dans le milieu, un.e PM (Product Manager) n’est pas un.e PO (Product Owner) ! Ces rôles sont différents, même s’ils ont plusieurs points communs. 

Comme décrit précédemment, un.e Product Manager est chargé de la vision produit et de toutes les phases décrites dans le double diamant : Problème, Solution… Le rôle de Product Owner se concentre uniquement sur la Delivery. Plus technique, un.e PO s’occupe de la communication avec les développeurs et est garant.e que l’on applique bien les méthodologies issues de la philosophie Agile. Il/Elle ne remplace pas le rôle de PM, mais le complète, tandis que le/la PM, responsable produit au global, est responsable de la roadmap, et la discovery. Les nombreuses nuances entre les deux positions sont bien détaillées dans notre article dédié : PO, PM : Quelles différences ?

Combien gagne un Product Manager ?

Un salaire de PM atteint en moyenne 53000€/an brut. (Source : LPC

Pour les juniors, le salaire peut débuter autour de 46k€/an, et peut atteindre 67k€ pour les profils plus seniors. Les Head of Product, eux, touchent entre 75k€ et 80k€. 

Source : LPC

Quant aux alumnis de Noé, le salaire à la sortie est de 56000€/an en moyenne, une évolution de 10k pour les étudiants avant/après Noé. La formation est donc remboursée dans les 6 mois !

La parité dans les salaires n’est malheureusement pas encore d’actualité : On dénote 12% de différence de salaire entre hommes et femmes PM, et l’écart se creuse en postes avec plus de séniorité. Après la formation Noé en revanche, l’écart se réduit à 0,5%. Nous sommes fiers que la différence de salaire entre les alumni hommes et femmes soit négligeable !

Pour explorer en détail toutes les statistiques sur les salaires en Product Management, lisez notre article complet : Combien est payé un PM ? 

Quelle formation pour devenir Product Manager ? 

Il existe des formations dédiées pour devenir un Product Owner, comme PSPO ou SAFe. Ces formations sont très théoriques, alors que la partie pratique, fortement demandée par les recruteurs, est souvent omise. Non sélectives, durant souvent moins d’une semaine et de qualité très variable, avec des méthodes d’examen par QCM rendant l’apprentissage de vos erreurs difficile, elles sont peu complètes et donc peu recommandées.

Pour devenir Product Manager, Noé vous forme à toutes les dimensions du métier, et vous aide à trouver un métier dans le Product. Bootcamp intensif et sélectif de 4 semaines, la formation comprend une méthodologie professionnalisante reconnue. Pour en savoir plus, passez un premier appel d’information via ce lien.

Quelles sont les différentes évolutions de poste ? 

Tout d’abord, en amont d’un poste de PM, il est possible de commencer par un stage, ou un poste d’Associate Product Manager. L’APM, plutôt axé vers la partie droite du double diamant, va avoir un rôle davantage tourné autour de la Delivery. Un Associate PM est généralement payé entre 40 et 45k€/an.

Après avoir été Product Manager, l’évolution naturelle est de devenir Senior Product Manager, un poste ou la dimension stratégique sera plus importante (sujets plus complexes, avec davantage d’inconnues, ou davantage de poids dans la stratégie de l’entreprise). Le ou la Senior Product Manager sera davantage impliqué(e) sur la stratégie Produit et la vision produit. Un(e) Senior PM touchera entre 60 et 75k€.

Ensuite, on note deux possibilités d’évolution :

Évoluer vers un poste plutôt managérial.

  • D’abord, en tant que Lead PM : il/elle gère une équipe de PMs et d’APMs juniors, tout en gérant ses propres projets. Son salaire est autour des 75/80k€.
  • Ensuite, en tant que Head of Product : il/elle conduit la stratégie produit et manage plusieurs Product Managers. Poste tourné vers le management et la vision Produit, un(e) Head of Product ne travaille plus au quotidien avec une squad. Salaire estimé : 80k-100k€.
  • Enfin, en tant que VP Product ou CPO :  il/elle pilotera la stratégie produit globale, et gérera les Leads PM (ou Head of Product, selon l'organisation). Le/la VP Product/CPO sera inclu(e) dans la stratégie globale de l'entreprise et fera partie du Comité Exécutif. Dans les structures plus larges, il arrive que le CPO soit N+1 du VP.

 

Développer une expertise dans un domaine particulier: les Contributeurs Individuels. Rôles moins “sous le projecteur” que la branche managériale, ils sont pourtant complexes et cruciaux.

  • Le Principal PM : Il/elle est l’expert d’un sujet Produit précis, généralement un sujet clé pour l’entreprise, par exemple : la stratégie d’intégrations, les API. Le/la Principal PM va avoir un rôle de coordination plus fort et sera consulté(e) pour tous les projets touchant à son expertise. La fiche de paie affiche habituellement 75 à 80k€/an pour ce poste.
  • Le Senior Principal PM : Principal PM ayant davantage d’expérience ! 

NB : Les fourchettes de salaire ne sont qu’une indication ! La rémunération peut varier largement selon le niveau de séniorité, les compétences, ou autre. 

Comment démarrer sur un poste de PM ? Est-ce facile de trouver un job de Product Manager ? 

C’est le problème de l'œuf et de la poule que l’on retrouve dans un nombre croissant de secteurs : les recruteurs recherchent un PM avec de l’expérience, et les candidats recherchent un stage ou un poste de PM pour acquérir de l’expérience.

C'est pourquoi nous avons créé Noé, avec pour objectif de vous faire vivre votre premier mois en tant que Product Manager. Pendant quatre semaines, vous travaillerez en tant que Product Manager pour nos sponsors : BlaBlaCar, Getaround ou Doctolib.

Bien qu’il n’existe pas de “profil type” ou d’expérience prérequise pour devenir Product Manager, certains backgrounds ressortent plus souvent que d’autres :

  • Business and Engineering Graduates : choix courant, il est néanmoins très apprécié d’avoir un “petit plus” comme des connaissances solides en design ou un projet entrepreneurial. Parmi de nombreux autres, retrouvez l’Alumni Story d'Inès, PM chez Libeo, après une formation à HEC.
  • Ex-entrepreneurs : Ayant déjà créé leur boîte, ils ont des bases solides en lancement de produit, en construction de MVP, et en stratégie Go-To-Market. C’est un véritable avantage pour les PM en devenir. Ludovic nous parle de son entrée en tant que PM chez Meero après son expérience entrepreneuriale dans son Alumni Story.
  • Ex-Product Owners : Le Product Manager ayant plus de responsabilités qu’un Product Owner, L’évolution de carrière PO→PM est une suite logique, et une voie que beaucoup empruntent. La delivery étant une étape cruciale et complexe, il est important de bien la maîtriser : un PM ayant eu une expérience en tant que Product Owner a donc un avantage. Florence Bargé, Senior PM chez BackMarket, est l’une des nombreux ayant emprunté cette voie !
  • Expérience dans une start-up, proche du produit : Dans l’Alumni Story d'Emilie, elle explique avoir développé son appétence pour le produit en interagissant avec quotidiennement, en tant que Customer Success chez FreeNow (ex-Kapten).

Pour aller plus loin, voici notre article sur le sujet : Quel PM les start-ups recherchent-elles ? 

Comment bien réussir son entretien de Product Manager ? Quelles sont les questions posées en entretien PM ? 

Noé a organisé un webinar/article sur ce sujet précis, qui est à retrouver juste ici ! Pour résumer, reprenons les 4 étapes typiques du recrutement PM :

  1. Le screening :

Dont l'objectif est d'évaluer la compréhension du poste par le candidat, et la pertinence de votre expérience.

Ici, les questions restent basiques : 

  • Pourquoi voulez-vous devenir Product Manager ?
  • A vos yeux, qu'est-ce qu'un.e Product Manager ?

Ces questions sont cruciales et doivent être bien préparées : le Product étant un rôle relativement récent, beaucoup de candidat.es postulent en ayant une vision faussée du métier (chef de projet, PO, etc.). C’est l’occasion de montrer que vous avez bien compris ce rôle. 

  1. L’interview produit :

Ici, on va plus en profondeur par rapport à l’étape précédente. Les questions posées sont autour de trois thèmes : 

  • Votre expérience, et comment vous en parlez

Exemple : Parlez moi plus en détail de ton expérience chez X. 

  • Des questions “comportementales” pour évaluer vos soft skills

Exemple : Parlez-moi d'un conflit que vous avez eu au travail / Parlez-moi d'un projet que vous avez mené dans votre poste précédent. (C’est l’occasion de prouver vos soft skills / gestion de projet, malgré un grand nombre de défis ou de parties prenantes)

  • Des questions Produit (sens produit, ou priorisation)

Exemples : 

  • Comment priorisez-vous entre X et Y ? (Ici, on évalue votre esprit analytique, votre capacité à comprendre, simplifier et résumer des problèmes complexes)
  • Que pensez-vous de cette interface de notre produit ? Quel produit n’aimez-vous pas, et pourquoi ? (On cherche à tester votre intuition produit, et vos capacités en UI/UX)

  1. Le case study :

C’est le moment de prouver les compétences décrites en interview ! Ici on étudie le fond mais aussi la forme de votre livrable, car la communication claire et concise est cruciale pour un(e) PM. 

Elle peut prendre plusieurs formes : à faire chez soi ou sur place, sur une problématique micro ou macro.

Cas Macro : Un problème large, sur une dimension stratégique. Exemple : “Quelle serait votre méthodologie pour une refonte de notre interface analytics ?" Souvent, il n’y a pas une seule bonne réponse. On analyse votre méthodologie et votre façon de penser.

Cas Micro : À l’inverse, la question ici est précise et de nombreux éléments sont attendus, par exemple “Identifiez les 3 principaux problèmes UX sur cette page, et expliquez comment les modifier”. Il faut ici faire preuve de rigueur et de précision.

  1. L’entretien avec un stakeholder

Il arrive souvent qu’en dernière étape, le ou la candidate rencontre un stakeholder (hors équipe Produit), comme par exemple : un des cofondateurs ou co fondatrices, le ou la CEO, ou encore CTO. 

Quelles sont les entreprises qui recrutent ? 

Aujourd’hui, on identifie 4 environnements principaux recrutant des Product Managers : 

  • Startups, dès les early stages : les premiers PM sont recrutés dès 5 et 10 employés.
  • Scale-Ups : Au fur et à mesure que l’organisation produit se complexifie, on s’organise en équipes produit, divisées par produit ou par objectif.
  • Les groupes de conseil, comme Thiga, Wivoo ou Wefiit.
  • Les grands groupes, comme Décathlon ou SeLoger.

Les meilleures ressources du Product Manager ? 

Il existe des centaines de références sur le métier de Product Manager ! 

Du côté des newsletters, voici quelques recommandations :

Pour les podcasts :

  • ProductTape
  • ProductSquad
  • Dans la tête d'un PM
  • LaProductConf
  • Côté livres, nous vous conseillons “Inspired”, de Marty Cagan.

Y a-t-il une communauté de PM ? 

Le Product Management fonctionne beaucoup par réseau : intégrer les communautés produit peut s’avérer très utile. Channels Slack, évènements physiques et en ligne : ayez ces liens sous la main !

  • Noé organise régulièrement des webinars et évènements physiques autour du produit. Pour être tenu au courant des prochains évènements, suivez-nous sur LinkedIn !
  • FrenchProduit, une communauté Slack organisant des évènements PM partout en France.
  • Hexagon UX, une association renforçant et soutenant les femmes et les personnes non binaires dans le domaine de l'informatique à travers une communauté, des événements et du mentorat.
  • Women In Product - Paris, un réseau de femmes dans le produit à Paris, organisant des événements fréquemment
  • We Love Product et son channel Slack 
  • La Product Conf, conférences pour Product Manager à Paris et Madrid 
  • Product Stories, conférences hybrides

Conclusion 

Si vous êtes arrivés jusqu’ici, félicitations ! On a essayé d’être le plus exhaustif possible avec cet article, mais le rôle de Product Manager est complexe. N’hésitez pas à aller plus loin avec les nombreux articles Noé sur le Product.

Vous voulez en savoir plus sur la formation de 4 semaines de Noé ?
Prendre un rendez-vous d'information